Témoignage de Rebecca Stengel, IC 2015

Jan 05, 2016

Le persan comme passion, le goût du voyage et la curiosité pour les autres comme mode de vie : Rebecca est une jeune diplômée 2015 du Master Interprétation de conférence comme l'ISIT les aime, unique en son genre. Prochaine destination : l'Afghanistan, au service du Comité International de la Croix-Rouge.

Avant l'ISIT ?

J'ai commencé par des études de médecine aux Etats-Unis et c'est à l'université que j'ai découvert le persan. Une découverte de la civilisation iranienne qui a changé ma vie ! J'ai décidé de réorienter mes études vers l'histoire du Moyen-Orient. J'ai étudié aux Etats-Unis, mais aussi en Iran et en Syrie, avant de suivre un Master en iranistique ancienne en Allemagne. Parallèlement à mes études, j'ai travaillé comme traductrice du persan et de l'allemand vers l'anglais, notamment pour différentes maisons d'édition.

Pourquoi devenir interprète ?

C'était une étape très naturelle pour moi, en raison de ma passion pour le persan. Je me suis renseignée sur les formations d'interprète de conférence qui proposaient le persan et c'est ainsi que j'ai connu l'ISIT. Comme je ne maîtrisais pas le français, obligatoire à l'ISIT, j'ai commencé par suivre des cours de français à l'ILCF de Lyon à partir de septembre 2012, avant de réussir les épreuves d'admission à l'ISIT en juin 2013.

Pourquoi l'ISIT ?

C'était la seule formation qui proposait ma combinaison linguistique persan-anglais, enseignée par l'une des rares enseignantes diplômées en persan. Outre la formation, à la fois sur-mesure et très bien structurée, j'ai beaucoup apprécié l'ambiance conviviale qui règne à l'ISIT, entre étudiants et avec les enseignants comme la direction, très ouverte et très à l'écoute.

Après l'ISIT ?

Diplômée avec le persan en langue B, j'ai repéré une offre d'emploi diffusée par le Comité International de la Croix Rouge pour une mission d'interprète de liaison en Afghanistan. Je pars d'abord 4 mois au Tadjikistan pour apprendre le pachto, de la même famille que le persan mais avec un certain nombre de différences grammaticales, avant de rejoindre l'Afghanistan pour travailler avec le persan et le pachto dans les hôpitaux et dans les prisons. C'est la 1ère fois que je vais être payée pour apprendre une langue et non le contraire ! Je suis très heureuse de cette belle opportunité à la fois linguistique, professionnelle et humaine. Etre interprète au sein de la Croix Rouge, c'est véritablement aider les autres, même si j'aimerais, à terme, pratiquer l'interprétation consécutive et simultanée que j'ai appris à l'ISIT.

Des conseils pour les candidats ?

Voyager, voyager et encore voyager… !


Other news

Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.